Chapitre 1 : La broche

Lieu : Chaîne des Arkons

Planète : Elonès

Date : 4 ans avant le premier contact.

***

        Une épaisse couche de nuages recouvrait le ciel en ce début d’automne. Les rayons du soleil perçaient péniblement le manteau opaque pour atteindre par endroits le flan de la vallée.  Un des puits de lumière projetait un motif sur l’arrête la plus exiguë d’une colline en contrebas. évoluant au milieu de l’arène basaltique, une trentaine de fines silhouettes se découpaient sur l’horizon. Le convoi, composé de caravanes et d’autant de bêtes de somme, provoquait régulièrement des éboulis sur le flan de la montagne. La caravane était menée par Tomac’h, prêtre supérieur de la tribu. Ichka était sa fille ainée. Il l’avait emmenée avec lui dans ce pèlerinage pour sa toute première rencontre avec les dieux. Ils se rendaient sur l’un des plus hauts plateaux de la montagne : Kec-fatolc (le pont des âmes). C’est en ce lieu, depuis des temps immémoriaux, que son peuple prenait contact avec les puissances de l’outre-monde.

 

– Nous nous devons d’être proche des dieux, pour qu’ils soient cléments. Tu comprends Ichka ? Dit-il à sa fille tout en avançant prudemment sur le chemin escarpé.

Elle hocha la tête en signe d’approbation.

– Mais avant toute chose, chaque Elonèsien se doit de faire une première offrande aux dieux sans rien demander en retour. Ce n’est qu’à cette condition qu’il peut enfin passer dans l’âge adulte.

Elle détourna le regard un instant, baissant les yeux vers le sol, puis murmura :

– Et si mon offrande n’est pas jugée digne des dieux ?

Sa petite voix tremblotante trahissait son inquiétude.

Tomac’h fut étonné par sa question et lui répondit par un sourire chaleureux.

– Ton offrande sera acceptée, je t’en fais la promesse.

Elle lui rendit un sourire un peu gêné. Il posa délicatement sa main sur son visage d’enfant et la serra contre lui.

***

        Les bourac’hs tiraient péniblement les charrettes. Chacune d’elles était remplie de denrées et bijoux : des pierres précieuses, des statuettes à l’effigie des dieux… La neige tombait maintenant par gros flocons. Il avait fallu dix jours de marche pour arriver jusqu’ici, sur le toit du monde. Le soleil se couchait à l’horizon, posé sur son lit de nuages. Ichka n’avait jamais marché aussi longtemps de sa vie.

– Plus le voyage est long, plus la récompense est grande. Tu verras, c’est la plus belle chose qu’un Elonèsien est amené à voir dans sa vie.

Alors que le soleil disparaissait, laissant un doux rayonnement à l’horizon, la caravane arriva sur un haut plateau, surplombant la montagne.

– Nous y sommes. C’est ici.

***

        Des pics, à perte de vue découpaient l’horizon en fines dentelures. Tomac’h leva les yeux vers le ciel et l’observa plusieurs secondes durant. On pouvait distinguer sur ses lèvres un léger frémissement, trahissant sa réflexion. Il sortit alors, d’une sacoche en cuir, un petit instrument en cuivre. Après avoir frotté la lunette avec l’intérieur de sa manche, il l’amena à son visage et la pointa en direction des étoiles.

Alors qu’il se concentrait sur l’analyse de la voûte céleste, il grommela d’une voix rauque.

– Hum… oui… ça semble correct…

Il se retourna alors vers Ichka, et posa affectueusement sa main sur sa tête.

– ça ne devrait pas tarder.

        Ce ne fut au début qu’un frémissement, un murmure lointain, puis elle put le distinguer plus nettement. La terre tremblait sous ses pieds provoquant des ébouillis par endroits. Une lueur intense envahissait le ciel étoilé. C’est alors qu’elle émergea de l’horizon : sublime, parfaite, un monde, au dessus du monde. Bien entendu, Ichka avait pu observer Iris plus d’une fois dans sa vie, mais ce soir, tout était si différent. La planète était si proche d’elle qu’elle pouvait sentir son influence. Les dieux transcendaient ce monde et le suivant. Elle se sentait flotter dans un fluide impalpable, comme portée par une main invisible. La neige s’était figée en pleine chute. Le temps semblait avoir arrêté son cours, subjugué par la beauté du moment.

        Le ciel, quant à lui, s’était empli d’une lueur verte le traversant de part-en-part. Juste au dessus de l’aurore boréale qui venait de se former, Iris s’étendait à perte de vue, révélant toute sa majesté. Tomac’h adressa un sourire à sa fille et l’accompagna vers une pyramide en granit construite au centre du plateau. Ils gravirent ensemble, une à une, les marches qui les séparaient des cieux. Chacun portait une offrande avec lui. Arrivée au sommet, elle tendit ses mains vers le ciel et repensa furtivement à ce que son père lui avait dit avant de partir.

– Tu dois offrir aux dieux l’objet le plus cher à ton cœur.

        Cette offrande, c’était une petite broche sculptée, seul vestige de sa mère morte en couche. Elle ne l’avait jamais quittée. Elle ne put s’empêcher de la retenir pendant plusieurs secondes, pour finalement, lâcher prise. La petite épingle resta flotter un instant, puis s’éleva dans le ciel. Elle traversa la lumière et disparut à jamais : L’offrande était acceptée.

Ichka ne put retenir ses larmes. Elle tomba à genoux en sanglots. Son père l’aida à se relever.

– Ne pleure plus. Tu es devenue une femme à présent. Un jour, les dieux t’accepteront en leur sein. Tu rejoindras le monde, au dessus du monde…

        Cet instant de complicité fut troublé par une violente détonation. Une boule de feu traversa le ciel et s’écrasa en contrebas arrachant au passage le sommet d’un pic enneigé. Le fracas de l’impact résonna pendant plusieurs secondes. La panique gagna rapidement l’assemblée. Certains priaient pendant que d’autres fixaient le cratère qui venait de se former, horrifiés par ce spectacle. Des voix s’élevaient de toute part. « Qu’allons nous faire ! » s’écria une vieille femme. « Ce présage n’augure rien de bon » rajouta un autre.

C’est alors que Tomac’h s’avança vers l’assemblée.

– Silence ! Nous ne devons pas céder à la panique.

Ils se rassemblèrent autours de lui.

– Alvec, Timério, prenez avec vous le minimum d’équipement, nous partons en expédition pour tirer au clair ce présage. Les autres, commencez immédiatement le voyage de retour, nous vous rattraperons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Enter Captcha Here : *

Reload Image